EtudesUniversité

La réforme du master

Tout comprendre de la réforme du master en 5 minutes

C’est bien connu, chaque rentrée amène son lot de changements, de nouveautés… Et la rentrée 2017 n’est pas en reste ! Avec l’entrée en vigueur de la loi du 23 décembre 2016, c’est un grand chamboulement qui s’annonce dans l’enseignement supérieur. Vous en avez peut-être déjà entendu parler mais connaissez-vous les impacts de cette réforme ? Que vous commenciez votre Licence ou que vous passiez en 2ème année de master dès cette année : Cette réforme vous concerne directement. Pas de crainte à avoir chers Kibitzers, on vous dit tout ce qu’il faut savoir sur cette nouvelle réforme.

#1 Le stress pour trouver son Master 2, c’est fini !

Est-ce que je vais être pris dans le Master 2 que je souhaite étant donné que le nombre de places est limité ? Est-ce que je vais pouvoir terminer mon cursus ? Que faire si je suis refusé dans les Master 2 auxquels j’ai candidaté ? Mon Master 1 sera-t-il reconnu même si je n’ai pas fait la 2ème année ?

Tant de questions que la plupart des étudiants se posent à l’issue de leur 1ère année de Master, angoissés à l’idée de ne pouvoir intégrer un Master 2 et arriver au terme de leur cursus (et souvent de leur parcours universitaire d’ailleurs).

Avec la réforme des masters, ces incertitudes en milieu de cursus sont terminées. Désormais le recrutement des étudiants en Master se fera à l’issue de la Licence par un concours ou un examen de dossier. Cette réforme met ainsi fin à une aberration académique qui s’opérait en France depuis la mise en place du système européen LMD (Licence-Master-Doctorat), et qui consistait à sélectionner les étudiants entre la 1ère année de Master et la 2nde.

 

#2 Quel master pour quel projet professionnel ?

Avec cette nouvelle réforme, c’est donc une fois votre Licence en poche que vous pourrez postuler au(x) master(s) de votre choix. Cela ne veut pas dire, pour autant, que le choix devra se faire à la dernière minute. Tout au long de votre parcours en licence, vous serez amenés à définir votre projet professionnel. Cela facilitera vos recherches pour trouver un master adéquat.

Pour cela, le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche a mis en place un portail web recensant l’ensemble des masters en France : trouvermonmaster.gouv.fr (coût de connexion selon votre fournisseur d’accès). Infos, conditions d’accès, nombre de places… La plateforme est progressivement mise à jour pour répondre à toutes vos questions.

En complément de la plateforme et pour vous aider à construire votre projet professionnel, vous pouvez également vous tourner vers le SCUIO (Service Commun Universitaire d’Information et d’Orientation) ou les réseaux d’anciens élèves. Trouver le parcours d’études qui nous correspond n’est pas toujours simple, alors n’hésitez pas à multiplier les sources d’informations et à y réfléchir le plus tôt possible !

comprendre la reforme du master

#3 Poursuivre ses études, c’est un (nouveau) droit !

Après avoir obtenu votre Licence, vous avez postulé dans plusieurs masters qui vous intéressaient et vous n’avez été accepté dans aucun de ces cursus ? Rassurez-vous, rien n’est perdu. La réforme prévoit, en effet un droit à la poursuite d’études vous permettant (normalement) de pouvoir entrer dans un master qui correspond à votre projet professionnel.

Comment ça marche ? Sur le papier, cela semble assez simple : il faut que vous contactiez le recteur de la région académique où vous avez obtenu votre Licence. Ce dernier devra ensuite vous faire au moins 3 propositions d’admissions. Au moins une au sein de l’établissement dans lequel vous aurez obtenu votre licence et si l’offre de formation le permet. Et à défaut un établissement de la même académie. Le tout en tenant compte de votre projet professionnel et des prérequis des formations. En pratique, l’application de ce nouveau droit risque de s’avérer plus complexe qu’il n’y paraît mais ce n’est pas une raison pour y renoncer !

 

#4 Ok pour la réforme en théorie. Et en pratique, ça donne quoi ?

Si en théorie, la réforme est relativement simple, en pratique elle s’avère beaucoup plus houleuse. A partir de la rentrée 2017, les universités disposent d’un an, pour adapter leurs cursus et mettre en application la réforme. Mais ce serait trop simple. Pour tenir compte de la spécificité de certains domaines, le texte de loi prévoit des dérogations, en particulier pour les masters de Droit et de Psychologie.

Ainsi, à l’heure actuelle, 355 masters ont choisi de ne pas instaurer de capacités d’accueil dès leur première année de formation. Ils vont maintenir une sélection d’entrée en M2 à partir de la rentrée 2018. Par ailleurs, la réforme pourrait être accusée de créer, à terme, des Masters à 2 vitesses : certains très sélectifs avec peu de places et particulièrement reconnus. Et d’autres plus généralistes et plus ouverts qui ne bénéficieront pas de la même renommée.

 

Chers Kibitzers, vous l’aurez compris, la mise en place de cette réforme majeure n’en est qu’à ses débuts et de nombreux points demeurent encore flous. Alors n’hésitez pas à vous renseigner régulièrement autour de vous, et, bien sûr, en vous connectant à Kibitz pour tout connaître de l’application progressive de cette réforme qui n’a pas fini de faire parler d’elle.

 

Vous avez des projets ?

Document destiné à votre information personnelle à sa date de rédaction et ne pouvant être considéré comme exhaustif. Il est soumis au droit d’auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite.